Résumé du rapport final

Le 29 juillet 2010 à 11h10 les 19 wagons de tête du train de Fret SNCF 88214 déraillent sur la voie 2 à l’entrée de la gare de Bully-Grenay (62). Ces wagons, chargés de charbon, se mettent en travers et se couchent sur les voies, juste après le bâtiment des voyageurs (BV), obstruant ainsi les deux voies principales.
Ils s’immobilisent sans faire de victime mais après avoir provoqué des dégâts importants aux infrastructures ferroviaires sur 600 m environ.
Les 19 wagons concernés sont endommagés et au moins deux d’entre eux sont irréparables. En revanche, cet accident n’a eu aucune conséquence sur l’environnement.
Sur le premier wagon, on observe les indices d’un incident de frein : certaines semelles de frein sont rougies par la chaleur et fortement usées, les roues sont très chaudes et certaines présentent des méplats très importants avec creusement de leur table de roulement.

L’accident est dû à un dysfonctionnement du distributeur de frein du premier wagon du convoi qui a provoqué le blocage des deux premiers essieux, le creusement de leur table de roulement par le frottement sur le rail puis le déraillement sur la première aiguille de la gare de Bully-Grenay.

Ce dysfonctionnement est probablement dû à la présence, à l’intérieur du distributeur, de particules solides provenant d’un excès de colle de scellement laissé lors de la dernière révision de cet organe.
En raison du lieu où le blocage s’est réalisé et du peu d’indices apparents, l’anomalie n’a pas pu être détectée à temps par les agents du chemin de fer ni par les détecteurs automatiques.

L’analyse des causes et des circonstances de l’accident conduit à formuler trois recommandations portant sur les domaines suivants :
 la qualité des interventions de l’atelier réparateur du distributeur ;
 la qualification des réparateurs d’organes de wagons ;
 la densité et la consistance du système de surveillance et de détection des anomalies des trains en marche.

Partager la page