Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 4 février 2010

Le lundi 26 novembre 2007 vers 17h00, un ensemble routier chargé de gravier circulant sur la route départementale (RD) n°106 a été percuté par un Train Express Régional (TER) assurant la liaison Rennes/Saint-Malo, au passage à niveau (PN) n°11, à Saint-Médard-sur-Ille (département d’Ille-et-Vilaine).

Le bilan de l’accident est de 40 blessés dont 22 ont été hospitalisés, tous passagers du train.

La cause directe et immédiate de l’accident est le ralentissement puis l’immobilisation sur le PN de l’ensemble routier intercepté par la demi-barrière de sens opposé.

Cinq autres facteurs causaux ont joué ou pu jouer un rôle dans cet accident :
- la réaction inappropriée du conducteur qui a tenté de relever la demi-barrière qui le bloquait, alors que l’imminence de l’arrivée du train imposait de la casser et de dégager les voies ferrées ;
- la géométrie difficile du PN qui contraignait les véhicules lourds, nombreux sur cette route, à circuler au milieu de la chaussée et rendait leur croisement difficile ;
- la mise en place d’un alternat routier chevauchant le PN qui pouvait induire un certain nombre de risques (franchissement des demi-barrières à contresens, confusion de la signalisation) ;
- la présentation simultanée au PN de deux véhicules circulant en sens contraire, alors que chaque conducteur pouvait se croire en sens unique dans l’alternat ;
- l’absence de détection du risque présenté par cet alternat, du fait notamment de l’absence de consultation de l’expert Passage à Niveau régional par les responsables du chantier de la gare de Saint-Médard-sur-Ille.

Les blessures des passagers du train résultent de leur projection contre les aménagements intérieurs et notamment contre les sièges.

L’analyse des facteurs de l’accident conduit à émettre trois recommandations relatives à l’aménagement et à l’exploitation d’un PN, au traitement par l’exploitant ferroviaire des risques présentés par des travaux réalisés à proximité de l’un de ces ouvrages, ainsi qu’aux règles techniques d’implantation des alternats routiers.

En outre, ce rapport est l’occasion d’inviter les pouvoirs publics à poursuivre la sensibilisation des usagers au franchissement des passages à niveau, à élargir la diffusion des documents du Sétra sur les travaux à proximité des PN, au-delà des seuls maîtres d’œuvre routiers, et à encourager les réflexions européennes en cours sur la limitation de l’agressivité des sièges de train en cas de choc.


Télécharger :