Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 19 décembre 2007 (modifié le 31 mars 2008)

Le 28 mars 2006 à 02h28, le bateau à passagers CAMARGUE, avec à son bord 138 passagers et 25 membres d’équipage, a heurté une pile du viaduc ferroviaire de la‑Voulte‑sur‑Rhône lors de sa manoeuvre du passage du pont. Le choc a causé d’importants dégâts aux superstructures du bateau. Neuf passagers ont été légèrement blessés. Le pont n’a pas subi de dégâts notables et l’accident n’a pas eu d’incidence sur la navigation.
Le bateau est resté manoeuvrant et a pu rapidement accoster à proximité. Tous les passagers ont dû être évacués, les secours se sont déroulés de manière satisfaisante.

La cause directe de l’accident est une mauvaise présentation à l’approche du pont de la Voulte.
En période de hautes eaux, la rapidité du courant et la présence d’un courant traversier y rendent la navigation difficile, exigeant du pilote expérience et vigilance. Le caractère particulièrement dangereux du site est attesté par le fait que plusieurs accidents se sont déjà produits au passage du pont de la Voulte, dont l’un, qui a entraîné la mort d’un matelot le 18 janvier 2004, a déjà donné lieu à une enquête du BEA-TT.

La fatigue du pilote, qui venait de prendre son quart de nuit au moment de l’accident apparaît également comme un facteur aggravant.
L’enquête a montré par ailleurs que la réglementation sur la délivrance des permis de navigation devait être clarifiée.
Il est également apparu que les dispositions constructives du pont de la Voulte, qui avaient été considérées, au cours de l’enquête menée à la suite de l’accident du 18 janvier 2004, comme particulièrement agressives en cas de choc d’un bateau et qui avaient justifié une recommandation dans le rapport du BEA-TT, n’avaient pas été corrigées. Ces dispositions n’ont pas aggravé les conséquences de l’accident, mais elles auraient pu, si le bateau s’était présenté de manière légèrement différente, entraîner des dommages bien plus graves.

Sept recommandations sont formulées à l’issue de l’enquête technique dans trois domaines identifiés pour des actions préventives :
- les facteurs liés au pilotage avec quatre recommandations portant sur l’organisation du travail, sur les qualifications demandées aux pilotes et la mise en place d’outils de formation pour les sites particulièrement dangereux du Rhône,
- les facteurs liés aux caractéristiques du bateau qui ont conduit à formuler une recommandation sur la réglementation concernant les permis de navigation,
- les facteurs de risque liés à l’environnement de la voie navigable, qui ont justifié deux recommandations, rappelant notamment des recommandations déjà formulées à l’issue de l’enquête conduite après l’accident du 18 janvier 2004 au passage de ce même pont de la Voulte.


Télécharger :