Résumé du rapport final

Le 07 août 2006 aux alentours de 06h30, sur l’autoroute A55 au niveau de La Mède dans les Bouches-du-Rhône, un ensemble routier, tracteur et semi-remorque citerne, chargé de 34 000 litres d’hydrocarbure dont 15 000 litres d’essence très inflammable, s’est renversé, a heurté la pile d’un pont et son chargement s’est embrasé.

Le poids lourd en cause venait de dépasser un premier poids lourd et s’apprêtait à en dépasser un second, lorsque gêné par une voiture, il s’est rabattu sur sa droite et a heurté le second poids lourd, ce qui l’a déséquilibré. Il s’est alors renversé sur son flanc gauche, a glissé jusqu’à la pile d’un pont et l’a heurté. La citerne s’est éventrée sous le choc et son contenu a alors pris feu.
Le conducteur, s’est extrait de la cabine du tracteur, a été pris dans l’incendie et est mort sur place. Le véhicule en feu a été complètement détruit.
Le feu qui s’était communiqué à la garrigue longeant l’autoroute, a été rapidement maîtrisé par les sapeurs pompiers intervenus 15 minutes après l’accident. Après réfection du revêtement de la chaussée détruite par le feu, l’autoroute a été rendue intégralement à la circulation dès 20h00.

La cause directe de l’accident est liée à un comportement de conduite imprudent et inadapté du conducteur du poids lourd accidenté. Ce comportement s’est traduit par une vitesse excessive et des manoeuvres dangereuses dont un dépassement juste avant l’accident et la tentative de dépassement qui a conduit à l’accident.
De la part de l’entreprise de transport, l’absence de détection et de réaction devant cet excès de vitesse habituel a constitué un facteur causal indirect.
La nature des marchandises transportées a constitué un facteur aggravant des conséquences de l’accident qui auraient pu être beaucoup plus graves.
Le fait que l’autoroute A55 supporte un trafic important de transports lourds de marchandises dangereuses, particulièrement des hydrocarbures, est un élément de contexte important à prendre en compte dans la sécurité de cet itinéraire.

Sur ces différents points, le BEA-TT formule deux recommandations portant d’une part, sur la vigilance que doivent avoir les entreprises de transport de marchandises à l’égard du comportement de conduite de leurs conducteurs et d’autre part, sur l’étude d’une interdiction de dépassement, sur cet itinéraire, pour les poids lourds transportant des marchandises dangereuses.

Partager la page