Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 mars 2019

Lundi 13 mars 2017 à 4h05, un train de marchandises dangereuses comprenant 22 wagons-citernes chargés de bioéthanol, déraille de quatre wagons à son arrivée sur le faisceau relais nord-sud du triage de Sibelin.
Deux citernes basculent. Une autre, heurtant les citernes renversées, se perfore en deux endroits. Son contenu, très inflammable, commence à se déverser au sol.
La voie est emportée dans le déraillement sur une cinquantaine de mètres.
Les sapeurs-pompiers sont immédiatement avisés. Leur intervention va permettre de sécuriser le site vis-à-vis du risque d’incendie et de colmater la fuite de carburant en un délai de trois heures. La sécurisation complète, avec la vidange des wagons qui ont déraillé, s’achève le lendemain à 4 h.
L’accident n’a fait aucune victime. Les dommages matériels à l’infrastructure et aux wagons sont en revanche significatifs. Il n’y a pas eu de conséquence irréversible d’ordre environnemental.

La cause de l’accident est la double rupture d’un tronçon de rail sous le passage du train lourd. La première rupture est une rupture en fatigue du rail dont la fissuration était très avancée. La seconde rupture s’est produite sous l’effet des efforts de guidage des wagons dans la courbe serrée, qui se sont exercés sur un rail affaibli par la première rupture, par une fissuration en développement, et par un maintien amoindri par des attaches et traverses en mauvais état dans cette zone. Le coupon de rail isolé par les deux ruptures a pivoté latéralement sous le chargement, entraînant la sortie de voie des essieux qui sont passés dessus.

Plusieurs facteurs, liés à l’infrastructure, ont contribué à la double rupture :

  • l’état de fissuration avancé du rail, et l’absence d’opération de recherche des fissures lors des opérations de maintenance ;
  • l’insuffisance de maintien du rail ;
  • le mauvais état général de la voie qui n’avait pas été corrigé en raison du report de travaux de maintenance.

Les secours se sont déroulés dans un contexte de non-respect de deux obligations réglementaires, concernant la réalisation d’une étude de dangers et d’un plan particulier d’intervention des services de secours sur le site, qui aurait pu perturber les conditions d’intervention des secours, mais qui n’a pas porté à conséquence.

Le BEA-TT émet deux recommandations et une invitation dans les domaines suivants :

  • le renforcement des règles de surveillance de l’état de fissuration des rails sur les voies de service empruntées par des trains de marchandises dangereuses ;
  • l’amélioration des règles de maintenance des voies pour une meilleure efficacité de l’attache des rails dans les zones de courbe de faible rayon ;
  • le respect des obligations réglementaires relatives à la circulation des marchandises dangereuses sur le site de Sibelin.

Le BEA-TT ne formule pas de recommandation en lien avec le vieillissement de l’infrastructure et l’organisation de sa régénération, s’agissant d’une problématique bien connue pour l’ensemble du RFN et ayant déjà fait l’objet d’une recommandation dans le rapport sur le déraillement de Brétigny-sur-Orge.


Télécharger :

  • Rapport final, Sibelin (format pdf - 6.1 Mo - 15/03/2019)Temps de téléchargement estimé : 1 min 40 s (512 K), 50 s (1024 K), 25 s (2 M), 10 s (5 M).