Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 février 2008 (modifié le 31 mars 2008)

Le mardi 5 septembre 2006, suite à un premier accident sur l’autoroute A1, à la hauteur de Roissy-en-France, dans le sens Lille-Paris, la barrière de péage de pleine voie de Chamant (Senlis) est fermée et un bouchon se constitue.
Vers 15h35, un autocar polonais transportant quarante-trois personnes dont le conducteur, percute violemment un ensemble routier articulé arrêté en queue de bouchon. Cet ensemble est projeté en avant et percute à son tour l’ensemble routier qui le précède.

Le bilan final de cet accident est de quatre personnes décédées (le chauffeur et les trois autres personnes installées à l’avant de l’autocar) et de trente-neuf blessées dont onze ont été hospitalisées.

La cause principale de l’accident est une réaction tardive du conducteur de l’autocar, provoquée très probablement par une hypovigilance ou une distraction.
Le conducteur de l’autocar n’avait pas été alerté de l’existence du bouchon, par suite d’un affichage sur les panneaux à message variable privilégiant la régulation du trafic sur l’alerte de danger, et de l’absence momentanée du fourgon de signalisation de queue de bouchon qui venait de quitter son emplacement.

Le bilan de l’accident a été aggravé par le défaut de port de la ceinture de sécurité par les passagers.

Le rapport émet deux recommandations portant sur la continuité de la signalisation des queues de bouchon et sur la sensibilisation des professionnels et usagers circulant dans l’Union européenne à l’obligation de port de la ceinture de sécurité dans les autocars.


Télécharger :