BEA-TT

Résumé du rapport final

publié le 13 mai 2014 (modifié le 26 février 2020)

Le mardi 16 avril 2013 vers 8h25, à Marseille dans les Bouches-du-Rhône, une grue mobile circulant sur une voie urbaine, le chemin du Passet, est heurtée sur le passage à niveau n° 1 de la ligne ferroviaire de Miramas à Marseille par la Côte Bleue, par un Train Express Régional (TER) qui se rendait à la gare de Marseille-Saint-Charles.
Cette collision a occasionné des blessures à 32 personnes dont deux ont été hospitalisées : le conducteur de la grue mobile et celui du train.

La cause directe et immédiate de l’accident est l’arrêt de la grue mobile sur le passage à niveau au moment où les deux demi-barrières l’équipant s’abaissaient, suivi d’un redémarrage trop tardif de ce véhicule pour lui permettre de s’extraire de l’emprise ferroviaire avant que le train ne l’atteigne.

Quatre facteurs ont contribué à cette situation :
- l’impréparation du déplacement de cette grue mobile de son dépôt vers le chantier où elle devait se rendre qui, conjuguée à l’absence d’un GPS [1] à son bord, a amené son conducteur à s’égarer et à emprunter la rue conduisant au passage à niveau précité dont les caractéristiques, en aval de la ligne ferroviaire, n’étaient pas compatibles avec son gabarit ;
- l’absence de signalisation de l’impossibilité pour les véhicules encombrants s’engageant dans la rue susvisée de poursuivre leur route en aval du passage à niveau, qui n’a pas permis au conducteur de la grue mobile de se rendre compte qu’il entrait dans une impasse pour son véhicule ;
- l’utilisation par ce conducteur d’un téléphone portable au moment où il s’engageait sur le passage à niveau, qui a diminué l’attention qu’il portait à son environnement et a accru son temps de réaction ;
- une insuffisante connaissance de la conduite à tenir en cas de difficultés rencontrées sur un passage à niveau, qui n’a pas permis au conducteur routier concerné de réagir avec toute la célérité nécessaire.

Au vu de ces éléments, le BEA-TT recommande à la Préfecture des Bouches-du-Rhône et à la Ville de Marseille d’interdire le franchissement du passage à niveau concerné aux véhicules lourds provenant de l’ouest de la ligne ferroviaire de Miramas à Marseille, dont les caractéristiques sont incompatibles avec leur circulation en aval de cette voie ferrée.

En outre, le BEA-TT invite :
- la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP), l’Union des entreprises de Transport et de Logistique de France (TLF) et l’Union Française du Levage (UFL) à promouvoir auprès de leurs adhérents l’équipement de tous les véhicules de travaux publics et de logistique en GPS dédiés aux véhicules lourds ;
- les acteurs de la sécurité routière à persévérer dans les actions de sensibilisation qu’ils mènent auprès des particuliers et des entreprises sur les dangers de l’utilisation en situation de conduite du téléphone et, plus généralement, des supports informatiques.
Enfin le BEA-TT appelle l’attention des formateurs des conducteurs routiers professionnels et des pouvoirs publics sur la nécessité de renforcer tout particulièrement la sensibilisation des usagers de la route tant sur la brièveté des cycles de fonctionnement des passages à niveau que sur la possibilité de briser leurs barrières s’ils se trouvent bloqués sur l’emprise ferroviaire.

  • Rapport final Marseille (format pdf - 5.2 Mo - 07/05/2014)Temps de téléchargement estimé : 1 min 25 s (512 K), 42 s (1024 K), 21 s (2 M), 8 s (5 M).

[1Global Positioning System, système ou appareil de localisation et de guidage d’itinéraire