Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  Acrobat reader
Les enquêtes techniques

Résumé du rapport final

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 5 février 2016

Le 26 novembre 2013, à 6h03, une rupture de rail survient, lors du passage d’un train, au point kilométrique 39+129 sur la file de droite de la voie 1 de la ligne de Toulouse à Tarbes. Elle provoque le dysfonctionnement d’une sonnerie d’annonce des trains qui se met alors à tinter sans discontinuer en gare de Carbonne.
Cette sonnerie n’étant pas considérée comme une installation de sécurité, aucune restriction de circulation n’est prescrite en cas d’anomalie de son fonctionnement. Six autres trains circulent à vitesse normale, sans dérailler et sans que leurs conducteurs ne signalent de choc anormal, sur cette portion de voie avant qu’elle ne soit fermée aux circulations commerciales à 8h50 en raison de travaux programmés sur l’infrastructure.
L’agent de maintenance de la signalisation qui recherchait depuis 8h05 la cause du dysfonctionnement de la sonnerie d’annonce découvre à 9h50 une lacune d’environ 1,30 m dont il s’avérera qu’elle a été franchie à 150 km/h par le train Intercités n° 14241.

Cet événement qui aurait pu être très grave mais qui n’a eu que des conséquences matérielles limitées est dû à trois causes directes :

  • une rupture multiple du rail liée à la présence, sur une courte distance, de trois points de fragilité du rail et d’un défaut de géométrie de la voie ;
  • l’absence de prescription de mesures de sécurité en cas de dysfonctionnement du dispositif d’annonce ;
  • la lenteur de la détection de la rupture de rail, la voie n’étant pas équipée de circuits de voie liés à la signalisation.

Cette analyse a conduit le BEA-TT à rechercher des orientations préventives et à formuler trois recommandations dans les trois domaines suivants :

  • le suivi et la suppression des demi-aiguillages dont l’usinage du patin est de type ancien, présentant un point anguleux ;
  • la détection des ruptures de rail par les circuits de voie non liés à des installations de sécurité ;
  • la détection des ruptures de rails par les conducteurs des trains.

Télécharger :